Carnet de voyages

Imprimer

États-Unis, Miami Beach (septembre 2013)

Écrit par Lori-Ann Cyr le samedi 28 septembre 2013 23:06.

Chers lecteurs et lectrices de mon carnet de voyages gastronomiques,

Il me semble que ça fait trop longtemps que je n’ai pas partagé avec vous mes découvertes culinaires. Non, non, je n’ai pas arrêté de voyager ni de manger. Figurez-vous que j’ai tellement été occupées ces derniers temps que ma santé et mon alimentation en ont souffert. Repas sautés, repas rapides sur le coin de mon bureau, pas assez de bons repas en famille et entre amis et stress en quantité industrielle.

Dans le but de me remettre sur la bonne voie, une bonne amie m’a convaincue de l’accompagner dans un centre de santé à Miami Beach la semaine dernière. Je sais à quoi vous pensez : Miami Beach et la fameuse diète South Beach. Pas vraiment. Pour ceux qui me connaissent, vous savez déjà que je suis absolument incapable de suivre un régime et que je ne suis pas une amatrice des régimes à la mode qui viennent et qui passent. Je suis plutôt d’avis qu’il faut miser sur la qualité et non la quantité, manger varié selon les saisons, manger les aliments à leur état le plus pur et les moins transformés possible et ce tout au long de notre vie pas seulement pour rentrer dans notre bikini lors de nos prochaines vacances dans le Sud.

Je me suis donc rendue à North Beach à Miami au centre de santé Canyon Ranch. Ce centre offre des services de spécialistes de la santé, de sports et d’alimentation. Pendant ce séjour, j’ai pu renouveler mon engagement envers, entre autres, une saine alimentation et en tirer quelques apprentissages alimentaires simples que je partage avec vous :

1- Manger les aliments contenant du blé, du sucre (y inclus les fruits) et de la caféine (oui, ça inclus aussi le chocolat) avec modération et ce avant 15h afin que notre corps ait le temps de les assimiler.
2- Limiter la consommation de produits laitiers (pour une personne qui vend du fromage ça sera difficile ☺).
3- Éviter les aliments qui affichent plus de 5 à 7 ingrédients sur leur étiquette, des sucres raffinés ou tous les autres ingrédients transformés, enrichis avec une terminologie scientifique qu’on a du mal à prononcer.
4- Manger plus lentement et plus souvent, en bonne compagnie de préférence.
5- Prévoir des collations santé pour le milieu de la matinée et le milieu de l’après-midi.
6- Manger une petite collation avant les soupers au restaurant ou chez des amis plus tardifs en soirée afin d’éviter de s’empiffrer de pain et d’hors d’œuvres avant le repas.

Si vous êtes aussi gourmands que moi, vous vous demandez peut-être : Mais qu’a-t-elle mangé pendant son séjour ? Je peux vous dire que tout était absolument délicieux et santé. Leur chef a fait la preuve que gastronomie et santé peuvent aller de pair. J’ai particulièrement apprécié la salade de chou frisé (kale) à l’arachide, les frites d’artichauts, la purée de chou fleur qui accompagnait les pétoncles et le pavé de tofu au sésame et au gingembre.

Enfin, ce court séjour ma re-confirmé qu’une seine alimentation, l’activité physique au quotidien et de bonnes habitudes de sommeil sont à la base de la santé et du mieux être. Ça semble peut-être simpliste mais la mise en pratique n’est pas toujours évidente dans le monde d’aujourd’hui.   Vous allez sûrement remarquer l’impact de ce séjour sur le choix des aliments que nous vous proposons chez Sucré Salé. Car j’ose espérer que ce séjour aura non seulement un impact sur moi mais aussi dans la vie de nos clients.

À la prochaine !

Lorilou

Miami beach 1Miami petonclesMiami Tofu2Miami artichauts2

Imprimer

Canada - Nouvelle-Écosse - Grand-Pré (juin 2012)

Écrit par Lori-Ann Cyr le dimanche 22 juillet 2012 09:58.

Chers lecteurs et lectrices de mon carnet de voyages gastronomiques,

Puisque c’était une journée toute spéciale pour Grand-Pré samedi, j’ai décidé de dédier ce carnet à ce petit village néo-écossais de grande importance pour tous les Acadiens et Acadiennes. Grand-Pré abrite le lieu historique national qui commémore l’établissement des Acadiens de 1682 à 1755 et la Déportation des Acadiens qui a débutée en 1755 et a continuée jusqu'en 1762. Samedi dernier, ce site a obtenu le statut de site du patrimoine mondial de l'humanité par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO). La Liste du patrimoine mondial comporte 962 biens constituant le patrimoine culturel et naturel que le Comité du patrimoine mondial considère comme ayant une valeur universelle exceptionnelle. Le Canada compte 16 sites ayant obtenu cette reconnaissance. Notons aussi au passage que la gastronomie française a reçu cette même distinction en 2010.

Il y a deux semaines, lors d’un voyage d’affaires à Halifax, j’ai eu la chance de me rendre à Grand-Pré. Pendant cette visite, j’ai pu faire la connaissance du propriétaire du Domaine de Grand-Pré et de découvrir une sélection de vins de son vignoble. Homme d’affaires originaire de la Suisse, Monsieur Stutz, a acheté ce vignoble lors d’une visite en Nouvelle-Écosse il y a 12 ans. Ce visionnaire a reconnu le potentiel de cette région et a depuis planté des vignes produisant une quinzaine de cépages différents, dont un cépage d’origine contrôlé propre à la Nouvelle-Écosse. Lors de la dégustation des différents vins, les vins blancs la « Réserve de l’Acadie » et le « Tidle Bay » ainsi que le cidre de pomme la « Pomme d’or » ont retenu mon attention. Assez pour m’en faire acheter quelques bouteilles et devoir enregistrer mon bagage pour le vol de retour (moi qui déteste enregistrer mes bagages). Pour en connaître davantage au sujet de ces vins ou même en commander, visitez le grandprewines.ns.ca.

Au Domaine de Grand-Pré, il y a aussi un excellent restaurant « Le Caveau ». Selon le magazine « Wine Access », ce restaurant est l’un des 20 meilleurs restaurants de vignobles au monde. J’y ai mangé d’excellents pétoncles de Digby au cari, un filet de dorade et une tarte tartin aux pommes de Grand-Pré et à la crème anglaise … excellent repas. J’y retournerai sûrement.

Au parc national de Grand-Pré, il est aussi possible de commander à l’avance un panier pour pique-niquer dans le jardin qui est tout à fait magnifique. Pique-nique au homard ou pique-nique de luxe, quelle bonne idée. Pour plus d’informations, visitez le site grand-pre.com.

C’est ainsi se conclut ce carnet gastronomique à l’honneur de Grand-Pré. Félicitations à la Société promotion Grand-Pré et à la Société nationale de l’Acadie pour cet honneur !

À la revoyure !

Lorilou

Imprimer

Royaume Uni - Pays de Galles, Cardiff et les environs

Écrit par Lori-Ann Cyr le lundi 21 mai 2012 15:09.

Helo chers lecteurs et lectrices de mon carnet de voyages gastronomiques,

Pour ceux et celles qui, comme moi, avez déjà séjourné à Londres et qui n’ont pas particulièrement apprécié la nourriture, j’ai de bonnes nouvelles. La cuisine s’améliore surtout au Pays de Galles où il y a d'excellents plats typiques avec un « twist » moderne. C’est sur la cuisine de Cardiff et des environs que portera ainsi mon neuvième carnet de voyage gastronomique.

Cardiff est la capitale et la plus grande ville du Pays de Galles (mieux connue comme Wales en anglais). Le Pays de Galles est l’une des quatre nations constitutives du Royaume Uni. Il a sa propre culture, cuisine et langue, le gallois. Dans le cadre d’un projet avec l’Université d’Ottawa, j’ai eu l’occasion de me familiariser avec le nouveau statut officiel de la langue galloise. Ce fut fort intéressant sur le plan professionnel et aussi sur le plan culinaire, à ma grande surprise ;-)

En arrivant à Cardiff, je me suis précipitée au centre-ville à la recherche d’un pub pour y manger l’incontournable « Fish and Chips ». On ne peut pas se tromper avec ce plat. J’étais convaincue que j’en mangerais tous les jours. Dans un autre pub quelques jours après, j’ai mangé un burger à l’aubergine et au fromage de chèvre. Ce n'est pas tous les restaurants qui affichent des plats modernes/internationaux qui réussissent leurs recettes mais celui-ci en valait la peine.

Au marché, je suis tombée amoureuse des « Welsh Cakes », de petites crêpes-biscuits à saveurs variées. Cette relation a durée peu de temps car j’ai goûté au « Sticky Toffee Pudding ». Ce fut le coup de foudre !! Une version épicée de notre fameux pudding chômeur.

En voyageant dans la région typique galloise de Ceredigion, j’ai découvert la ville d’Aberaeron. Charmante petite ville au bord de la mer, remplie de petits auberges et restaurants à plusieurs étoiles. Ça doit être là où la famille royale va en vacances pour bien manger ;-) Nous avons mangé au Harbourmaster. Tout était excellent, les plats, l’ambiance, le décor et le service ! Mes collègues ont dit avoir mangé le meilleur agneau de leur vie. Mon homologue gallois a mangé une joue de bœuf et moi j’ai mangé une « crabe cake » et des moules savoureuses. J’aurais bien voulu tout essayer le menu, il faudra sûrement revenir un jour !!

Dans cette même région, j’ai pu découvrir des fromages gallois qui n’ont absolument rien à envier aux fromages anglais et hollandais. Ne soyez pas surpris si nous avons des fromages gallois à proposer à la boutique Sucré Salé !!

C’est ainsi se conclut ce carnet gastronomique pour le Pays de Galles.

Hwyl fawr a'r nesaf!

Lorilou

Imprimer

Costa Rica - Arenal / Monteverde

Écrit par Lori-Ann Cyr le dimanche 26 février 2012 15:08.

Hola chers lecteurs et lectrices de mon carnet de voyages gastronomiques.

Il me semble que ça fait un bon moment que je ne vous ai écrit. Soyez sans crainte, je ne vous ai pas abandonnés. J’étais au Costa Rica au cours des derniers mois. Me voilà de retour avec quelques kilos en plus après avoir bien mangé et fait le plein d’idées pour mon carnet. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous écrire au sujet de mes visites dans la région du volcan Arenal et de Monteverde.

C’est après plusieurs détours cahoteux en montagne, dans la pluie et dans le vent, que nous avons fini par nous rendre dans la région du Volcan Arenal. Après 400 ans de repos, ce dernier est en activité depuis 1968 et a subi sa plus récente éruption à la fin 2010. Autour de ce volcan, se sont construites d’impressionnantes infrastructures touristiques notamment autour de la petite ville de La Fortuna. Des sources d’eau chaude, un téléférique et une vaste sélection d’expéditions sont disponibles. Bien que la température ne nous ait pas permis de voir le volcan, nous en avons donc profité pour bien manger.

Sur la route au bord du lac Arenal, nous nous sommes arrêtés dans un petit restaurant appelé Cafe y Macadamia. Difficile à manquer, ils ont des enseignes partout sur la route. Les plats du jour, le service et les desserts étaient excellents. J’ai mangé un filet de tilapia à la crème et un biscuit au chocolat noir et noix de macadam qui me ferait refaire la route pour en manger à nouveau. Ils préparent aussi des noix de macadam de différentes saveurs (cacao, cannelle, noix de coco, etc.). Nous avons aussi bien mangé au restaurant Chill Out sur le site du téléphérique Sky Tram. Leurs calamars frits et crêpes aux chocolats étaient excellents. Nous avons aussi testé le restaurant Don Rufino recommandé par le guide touristique Lonely Planet. C’était bon mais un peu cher. J’en ai profité pour manger une lasagne aux champignons sauvages car les bons champignons sont rares dans ce pays.

Le mois suivant, nous nous sommes rendus dans la région de Monteverde qui n’est pas très loin de la région de l’Arenal. Cette région, aussi communément appelée « Cloud Mountain », a été fondée par des familles de Quakers qui ont fui les États-Unis dans les années 50 pour ne pas avoir à joindre l’armé en temps de guerre. Le choix du Costa Rica était tout à fait naturel pour eux car ce pays avait aboli l’armé quelques années auparavant. La première activité économique de ce groupe a été la mise sur pied d’une fromagerie. Aujourd’hui, ils produisent la majorité du fromage du pays et emploient 400 personnes. J’ai eu l’occasion de visiter l’usine et de goûter à leurs fromages. Ce sont des fromages qui s’apparentent aux fromages industrialisés qu’on a ici au Canada dans les grandes surfaces. Disons, que la visite de la fromagerie vaut plus la peine pour l’histoire qui y est racontée que pour la dégustation des fromages ;-)

Qui dit Costa Rica, dit café. Nous avons aussi eu l’occasion d’aller passer du temps avec un cultivateur de café nommé Juan Leiton. Quelle belle expérience. Je recommande cette expédition avec la Coop Santa Elena et le guide Marco. Nous avons pu goûter différentes sortes de café et faire la découverte d’un café séché au soleil tout à fait exquis. Avec son petit goût sucré, c’est un café dans une ligue à part de tout ce que j’ai pu goûter auparavent, tant au Costa Rica que dans bien d’autres pays producteurs de café

La petite ville de Santa Elena est remplie de bons restaurants. Je recommande que vous passiez à l’office du tourisme car tous les menus sont disponibles pour consultation. Ça évitera les surprises et vous serez assurés de bien manger. N’hésitez pas à goûter les plats locaux, ils sont délicieux. Mon préféré c’est le arroz con camarones (riz aux crevettes).

C’est ainsi se conclut ce carnet gastronomique pour cette région du Costa Rica. Si vous souhaitez lire sur une autre région de ce pays, je vous invite à consulter mon carnet d’avril 2011 qui parle de la région de Samara.

Pura vida y hasta la proxima!

Lorilou

Imprimer

France - Paris

Écrit par Lori-Ann Cyr le jeudi 4 août 2011 15:05.

Chers lecteurs de mon carnet de voyages gastronomiques,

En transit depuis Yaoundé, c’est à Paris que je m’arrête cette fois-ci, pour y passer quelques jours de vacances avec ma famille qui devrait m’y rejoindre dans quelques heures. En attendant, j’en profite pour prendre mon petit déjeuner sur une terrasse de la place Edgar Quinet (quartier Montparnasse). Croissant beurre, café au lait et jus d’oranges fraîchement pressé. Ah Paris, que tu m’as manqué !!

Paris est une ville unique et on ne se lasse jamais d’y aller. La gastronomie française figure maintenant au patrimoine mondial de l’UNESCO (vous comprenez pourquoi je dois me rendre en France au moins une fois par année ;-) Puisque Paris est une ville très touristique, il est parfois difficile de trouver des endroits où bien manger à un prix raisonnable. Le prix ne reflète pas toujours la qualité. Il faut être vigilant et éviter les lieux touristiques. Heureusement, le menu est souvent affiché à l’extérieur des restaurants, ça permet d’éviter les mauvaises surprises. Pour ma part, j’aime bien les restaurants qui affichent un « menu » ou une « formule » à prix fixe pour une entrée, un plat et, bien sûr, un dessert. Avec des enfants de quatre et neuf ans, croyez-moi, c’est très pratique !! Sachez aussi que beaucoup de restaurants acceptent de séparer un plat pour deux enfants. Il suffit de demander.

Peu importe le quartier dans lequel vous vous trouverez, il y a toujours une bonne boulangerie. Afin de trouver la meilleure, il suffit de sortir le matin et de repérer d’où viennent la majorité des gens avec une baguette sous le bras. Cette fois-ci, ma viennoiserie du matin préférée a été le pain aux raisins, celle de mon mari, le chausson aux pommes et pour les enfants, ça l’a été le pain au chocolat (à Paris on ne l’appelle pas la « chocolatine »).

Le midi, il est très commun pour les Parisiens de manger un sandwich sur le pouce. Mes préférés sont ceux de la boulangerie chez Paul. Thon, œuf, crudités, avec une excellente mayonnaise… Miam ! On trouve cette chaîne de boulangerie partout dans Paris même sur les Champs Élysées. Il faut aussi manger un sandwich turc avec des frites dedans. Les meilleurs, d’après-moi, sont sur la rue Saint-Denis (quartier Châtelet-Les Halles). Les crêpes sucrées et salées du quartier Montmartre (derrière l’église du Sacré-Coeur) sont aussi incontournables. Dans ce même quartier, ma fille de quatre ans (comme quoi la génétique ne ment pas) m’a fait découvrir la toute nouvelle Biscuiterie de Montmartre. À quelques pas de la place du Tertre, leurs macarons sont extraordinaires.

Mon quartier de restaurants préféré est le quartier Saint-Germain-des-Prés. On y trouve une variété de restaurants et l’ambiance est typiquement parisienne. Mon restaurant préféré est le Procope, pour la cuisine et aussi pour son histoire. De La Fontaine, en passant par Voltaire, Rousseau, Beaumarchais, Balzac, Hugo, Verlaine, tous les grands noms de la littérature française ont fréquenté cet endroit connu comme étant le tout premier café littéraire. Le décor nous ramène à cette époque. Chaque fois que je vais à Paris, je ne manque pas d’y aller pour manger leur fameuse truite meunière aux amandes. Ce restaurant propose même un menu pour enfants. Mes enfants ont adoré leur plat et même demandé pour y retourner le lendemain. C’est bon et beau à ce point !!

Un autre café incontournable après une journée de « shopping » sur les Champs Élysées est le Café Reale. Sous les arbres dans le jardin des Tuileries, on croirait que ce petit café est une attrape à touristes mais pas du tout. Les prix sont raisonnables, le service excellent, le café extra  et les salades sont délicieuses.

Enfin, on ne peut pas aller à Paris l’été sans piqueniquer au Jardin du Luxembourg. Baguette, fromages (Reblochon et Saint-Nectaire), vin rosé de Provence et saucisson, quelle bon repas !  (Ces deux fromages seront bientôt disponibles à la boutique Sucré Salé, bien sûr !)

Comme vous le voyez, j’adore Paris. Je pourrais vous entretenir pendant des heures et des heures sur les découvertes culinaires que j’y ai fait au cours des dernières années. C’est ainsi que se conclut ce carnet sur Paris, n’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires ou à partager vos meilleures adresses à Paris car il y en a bien d’autres à découvrir, j’en suis certaine !!

Comme le disent si bien les Français, A+ !

Lorilou